Le démarrage manuel des moteurs d’avion n’est pas sans problèmes !

18.09.2020

Il y a environ un mois, nous vous avons amené un peu plus près du sujet de l’hélice. Aujourd’hui, nous parlerons de la procédure de décollage, et nous le ferons à la main. Démarrer un moteur à piston à la main avec un puissant balancement de l’hélice est risqué et nécessite une connaissance et une compréhension approfondies des techniques. Dans le passé, des accidents évitables se sont produits à maintes reprises, c’est pourquoi nous souhaitons vous rappeler les points les plus importants. L’instruction par un instructeur de vol convenablement formé est absolument nécessaire, car chaque moteur a sa propre procédure de démarrage. Le plus important est : un moteur d’avion ne doit jamais être démarré à la main seul, mais toujours à deux ; c’est-à-dire une personne pour contrôler la procédure de décollage et une personne dans la cabine pour empêcher l’avion de rouler.

La personne qui déplace/fait tourner les pales de l’hélice à la main est responsable de toutes les activités et est chargée de la procédure de décollage. Cette procédure nécessite la présence d’un second pilote dans le siège du pilote pour une exploitation et un contrôle sûrs de l’avion. Ce deuxième pilote est très familier avec les commandes et doit être assis dans l’avion avec les freins bloqués. Comme précaution supplémentaire, des patins de frein peuvent être placés devant le train d’atterrissage principal. Si cela n’est pas possible, l’avion doit être attaché fermement à la queue.

Si le moteur est démarré à la main, la surface du sol près de l’hélice doit être stable et exempte de saleté. S’il y a un sol solide, le démarrage du moteur peut se faire à la main, à moins qu’il n’y ait une batterie pour combler l’écart sur le terrain d’aviation. Là encore, vous devez suivre les instructions de l’AFM.

Pour illustrer le sujet, nous avons trouvé pour vous une assez bonne vidéo sur le sujet « hand propping ».

 


Partager


Posts similaires