Vol en montagne : quand la brise de vallée se mue en brise de montagne

15.09.2017

Tous les pilotes vous le diront : quoi de plus beau qu’un vol dans les Alpes ? Mais attention : la météo peut rapidement jouer les trouble-fêtes, même lorsqu’il n’y a pas un seul nuage à l‘horizon ! Il n’est pas question ici de mauvaise visibilité, de nuages bas, encore moins d’orages mais d’un danger invisible : le vent.

On connaît le phénomène des brises de pente décrit par les manuels : sous l’effet du soleil, une masse d’air située le long d’une pente se réchauffe, monte et aspire la masse d’air des couches inférieures. Or, dans les Alpes, la situation est un peu plus complexe car la topographie et la largeur des vallées influencent aussi le régime des brises : dans une vallée étroite dont les versants sont très exposés au soleil, les masses d’air se réchauffent plus intensément que lorsque les versants sont moins pentus et la vallée plus large.

Dans les Alpes suisses, il arrive fréquemment qu’un col réunisse deux vallées qui diffèrent quant à leur largeur et à la pente de leurs versants. Dans ce cas de figure, l’air circule plus rapidement en direction du col dans une vallée que dans l’autre si bien que la brise de vallée (ascendante) la plus forte franchit le col, balaye la brise de vallée la plus faible et se mue alors de l’autre côté du col en brise de montagne (descendante) ! Ce phénomène se rencontre par exemple au col de la Maloja, avec le célèbre vent de la Maloja. À cet endroit, la faible brise venant de la Haute-Engadine ne fait pas le poids face à la brise soutenue montant du val Bregaglia qui s’engouffre au-delà du col. Un pilote expérimenté sait qu’en décollant de la piste 21 de l’aérodrome de Samedan par beau temps il se retrouvera sous le vent s’il prend la direction de Saint-Moritz. Mais ce même pilote aura aussi appris lors de sa formation qu’il devra d’abord prendre suffisamment d’altitude avant de voler vers l’amont de la vallée de la Haute-Engadine en direction du col de la Maloja. Outre la Maloja, il existe des dizaines de cols où une zone de vol sous le vent, potentiellement dangereuse, est susceptible de se créer : Oberalp, Furka, Grimsel, Simplon, pour n’en citer que quelques-uns.

Afin d’éviter ces zones piégeuses (et aussi pour pallier la perte de performance en montée due à l’altitude-densité élevée), les pilotes veilleront à observer la règle suivante : lorsqu’il est prévu de franchir un col situé en amont d’une vallée, s’engager dans la vallée avec une marge d’altitude suffisante (altitude du col plus 1000 pieds au moins).


Partager


Posts similaires